Psycho

Les thérapies

Photo de Mati Mango sur Pexels.com

J’avoue être l’une des adeptes des thérapies et je pourrais même aller jusqu’à pousser les gens à se faire suivre, mais récemment j’ai découvert quelque chose sur cette pratique : elle ne sert à rien si tu n’as pas de traumatisme.
Par traumatisme, j’entends un événement qui se serait produit au cours de la vie et qui l’aurait bouleversé. Bien entendu nous faisons tous face à un moment ou à un autre à ce genre de situation et nous le gérons tous différemment. 

Je pensais faire partie de ces personnes qui ont subi tout un tas de traumatismes qui ont, avec le temps, stigmatisé ma personnalité, mon Moi. Mais j’avais tort! Mon problème était mon manque de confiance en moi, que je pensais avoir perdu après un enchaînement de relations perverses (dans le sens violence conjugale mentale et morale, c’était mon type d’homme, n’aillons pas honte de le dire!). Je pensais ne pas être guérie de ses traumatismes, alors qu’en fait après des années de célibat à me concentrer sur moi-même, mélangé à des rencontres de professionnels (médecin et assistante sociale) fortuites j’avais acquis le nécessaire à ma reconstruction.

Cependant je ne me sentais pas pour autant mieux! J’ai donc cru ne pas être heureuse, être constamment en dépression. Après tout, c’est le grand fléau pré-COVID. Je suis donc partie à la conquête du bonheur en allant voir des psychologues. Je ne blâme pas leur travail parce que grâce aux séances, qui m’ont plus énervée qu’autre chose, j’ai enfin compris que je n’avais aucun problème avec mes parents (même si on a voulu m’en persuader), que je n’avais pas de problème avec mon style de vie (même si on m’a fait comprendre que ce n’était pas normal) et que je savais ce que je voulais dans la vie (même si on m’a dit qu’il fallait que j’arrête de me disperser et soit plus réaliste). 

J’ai découvert qu’en réalité je n’avais aucun problème!
Alors d’où venait ce sentiment qui m’empêchait d’être heureuse ? 
Eh bien c’est simplement le dégoût que la société a réussi à m’imposer (façon Inception!)
A force d’entendre et de voir la même chose, on arrive par VRAIMENT croire que la perfection existe et que NOUS en sont TRES loin!!!! 
On n’a aucun problème mais la société veut qu’on en ait! Autrement ça ne serait pas vendeur.

Et c’est là que les psys entrent en jeu! Nous souffrons tous d’un manque qui a été créé de toutes pièces par les médias et multinationales et il nous est impossible de le combler vu qu’on ne sait pas ce qui nous manque.
La dépression moderne est arrivée avec ce manque créé par les publicités pour qu’on se sente mal et qu’on consomme plus! 
Le bonheur n’est pas une chose qu’on vit 24/7, il est éphémère, c’est pour ça qu’il est si beau et si précieux. 

Je reprends les paroles d’une chanson très célèbre: 

« Qu’on me donne l’obscurité puis la lumière
Qu’on me donne la faim, la soif puis un festin
Qu’on m’enlève ce qui est vain et secondaire
Que je retrouve le prix de la vie, enfin!
Qu’on me donne la peine pour que j’aime dormir
Qu’on me donne le froid pour que j’aime la flamme
Pour que j’aime ma terre, qu’on me donne l’exil
Et qu’on m’enferme un an pour rêver à des femmes!
On m’a trop donné bien avant l’envie, j’ai oublié les rêves et les merci
Toutes ces choses qui avaient un prix
Qui font l’envie de vivre et le désir, et le plaisir aussi
Qu’on me donne l’envie
L’envie d’avoir envie qu’on allume ma vie! » 

– Johnny Halliday, L’envie

Le bonheur ne peut exister sans le malheur! C’est un peu comme une pièce, on ne peut pas avoir le côté pile sans le côté face, ou comme l’ombre sans la lumière. Toute bonne chose à son contraire et je pense que le jour où on acceptera le mauvais côté nous pourrons enfin profiter du bon! 
Chez nos amis anglo-saxons, l’échec par exemple est une bonne chose, elle nous apprend à ne plus faire les mêmes erreurs! 
Une fois encore je pense que l’important dans la vie, c’est de se concentrer sur soi-même et écouter sa propre voie et non celles qui raisonnent dans notre tête constamment! 


NB: cet article parle des problèmes courants, je tiens à préciser qu’en aucun cas je ne parle de personne ayant subi un vrai traumatisme, tels qu’un viol, des violences conjugales, un stress post-traumatique, etc. Ce sont des événements qui ont besoin d’être guéri par de vrais professionnels dans un cadre médical et pas en auto-analyse!!! N’ayez pas peur de demander de l’aide ou de proposer votre aide! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s