Non classé

Le bore-out : Nouveau fléau honteux

Depuis quelques mois, on entend parler du « bore-out« , cette nouvelle « maladie » venue un peu de nulle part.

Dans le même degré que le burn-out oude la charge mentale, le bore-out est un trouble psychologique dont certains employés sont confrontés lorsqu’ils s’ennuient au travail. Cela peut être honteux pour beaucoup personne qui ne demande qu’à travailler mais le bore-out reste quelque chose de très sérieux.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_5469.jpg

Le bore-out est un syndrome qui est déclenché par le manque de travail, l’ennui et par conséquent l’absence de satisfaction dans le cadre professionnel.
Contrairement au burn-out, le bore-out se produit lorsqu’il y a une absence de tâches significatives sur son lieu de travail. Ce syndrome se caractérise par l’ennui, l’absence de défi et le désintérêt. Les premiers symptômes sont la démotivation, l’anxiété et la tristesse. Il faut savoir que sur le long terme un sentiment de dévalorisation de soi s’installe et cela peut conduire à une dépression.

Même si on a honte de s’ennuyer au travail (surtout dans la conjecture actuelle), il ne faut pas négliger le danger du bore-out. Les personnes souffrant de ce syndrome se renferment sur eux-même peur des moqueries, car pour beaucoup le bore-out s’apparente à de la fainéantise ou juste à des plaintes incessantes de gens ayant de la chance de travailler mais ça va plus loin que tout ça.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_5467.jpg

En plus d’avoir un impact négatif su cela vie professionnelle, dû au manque d’intérêt causé par l’ennui, le bore-out à également des conséquences sur la vie privée.
Le fait de se sentir inutile au travail va provoquer un sentiment d’abandon total, un « pourquoi faire après tout? ».
Cet état d’esprit va avoir pour conséquence un laissé aller total: plus d’effort vestimentaire, plus de repas (plus ou moins équilibré), plus envie de sortir du lit…
Jusqu’à ne plus avoir goût à la vie et plonger en dépression!

Qu’on soit surmené ou, au contraire, n’avoir rien à faire au travail, les deux situations provoquent du stress à haut échelle et glissent les personnes qui en souffrent vers une pente dangereuse.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_5459.jpg

Je pense que la vie est faite pour profiter pas être esclave d’un boulot (même si c’est facile à dire!). Le premier pas vers une guérison est tout d’abord d’en parler (à un ami, à ses collègues, à son chef, ou même à un professionnel) et ne plus en avoir honte!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s